Bonjour à toutes et à tous,

Je reviens juste d’un petit voyage de reconnaissance dans le sud d’Israel en compagnie de Florian de l’agence Akaoka.

La période n’était pas idéale car nous étions en pleine fête de Pessach, la paque juive, lors de laquelle les Israéliens partent en famille randonner dans les nombreuses réserves naturelles du pays. Pour info, Israël compte près de 500 réserves naturelles dont 65 avec entrée payante. Le prix de l’entrée dans les réserves est environ de 6Є pour un adulte, 3Є pour les moins de 18 ans, et gratuit pour les enfants de 0 à 5 ans.

Dans les réserves payantes vous recevez une petite brochure avec explications sur le site et descriptif des itinéraires de randonnée. Vous y trouvez aussi des toilettes (propres!) et de l’eau potable.

Certaines de ces réserves combinent nature et culture car on y trouve des vestiges archéologiques restaurés avec goût, comme les caravansérails nabatéens de la Route de l’encens (inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO).

L’affluence sur les sites ne nous a pas trop dérangés et c’était l’occasion de rencontrer les Israéliens, par ailleurs très accueillants.

D’Eilat nous sommes pakibbutz_Neot_Smadar_300x158rtis en voiture vers le nord par la route 12 qui longe la frontière égyptienne, au coeur de la réserve des Montagnes d’Eilat.

Petit arrêt à la buvette du kibboutz écologique Néot Smadar (qui mériterait un post pour ses réalisations en terme d’énergie renouvellable et d’agriculture biologique) et nous continuons vers le cratère Ramon (Makhtesh Ramon).

cratere_Ramon vue_aerienne_makhtesh_Ramon

 

 

 

 

Ce cratère n’est pas volcanique mais érosif. Le terme hébraïque « makhtesh » a donné son nom à ce phénomène, apparemment unique au monde, dans le jargon des géologues. Sur ses 40 km. de longueur et 9 de large, de nombreuses randonnées sont réalisables, de durées et niveaux différents,chacun y trouvera son bonheur. Nous avons opté pour une rando en boucle autour de Giv’at Harout et retour par l’oued Ardon où nous avons admiré une intrusion volcanique (dyke),  au travers des couches de grès et d’argile.Dyke_Makhtesh_Ramon

Il existe une autre boucle à découvrir dans le canyon du « fer à cheval » de l’oued Nekarot, qui a l’avantage d’être un peu plus longue et de débuter près d’un antique caravansérail Nabatéen, idéal pour combiner nature et culture.

Nous avons passé la nuit au camping de mon ami Dani, sculpteur et vigneron, personnage haut en couleur. Ses vignes, qui produisent un vin excellent (oui oui... je vois les sceptiques, mais je vous assure que c’est vrai!), sont mitoyennes du camping et on peut s’y balader pour avoir une meilleure idée de l’agriculture du désert (voir mon post à ce sujet).

Le soir nous avons été invités par un groupe d’israéliens à partager leur feu de camp et leurs grillades, soirée chaleureuse et bien sympathique.

Le lendemain matin nous sommes partis faire une randonnée qui commence dans l’oued Havarim et se termine par la source d’Avdat. De la source, on remonte en direction de la route à l’aide d’échelles et mains courantes. Pas de panique, c’est très facile et si les nombreux enfants que l’on a croisés peuvent le faire, tout le monde peut aussi. C’est comme une mini via ferrata en plus facile. 

DSCN0089  DSCN0099

 

 

 

 

 

 

 

Cette randonnée est modulable, on peut faire juste un aller retour d’une heure pour voir la source, faire seulement l’oued Havarim, ou la totale qui doit faire dans les 5h de marche.

DSCN0094

 DSCN0103

 

 

 

 

 

 

 

De là, on a fait un superbe point de vue sur l’oued Tzin NormalNegev_003à partir du tombeau de Ben Gourion et avons continué en direction de la mer Morte et du désert de Judée.

La suite au prochain numéro....